Chercheurs: J. Benveniste & J. Aïssa (Chercheurs scientifiques en biologie numérique & moléculaire)

J. Benveniste est le premier à avoir parlé de la « mémoire de l’eau » en 1988. Il disait que l’eau capte, stocke et transmet des signaux électromagnétiques. Il la comparait à une bande magnétique. Il a démontré que malgré la haute dilution (10-30) d’une molécule biologiquement active (VIH) dans de l’eau, celle-ci pouvait encore agir par ses signaux électromagnétiques (SEM) mémorisés dans les nanostructures moléculaires de l’eau, alors qu’elle n’était physiquement plus présente !

La transduction observe une diminution significative de l’intensité des SEM de la maladie de Lyme dans l’eau dynamisée :

Chercheurs: Luc Montagnier (Prix Nobel de médecine ) & J. Aïssa (Chercheur scientifique en biologie numérique & moléculaire)

Ces observations ont été faites sur base de 2 études scientifiques :

1) Leur étude de transduction in vitro en 2005 : reconstitution de « l’empreinte » électromagnétique = signature SEM (Signal Electro-Magnétique) de basse fréquence (entre 0 – 20 KHz) émis par l’ADN extrait du plasma sanguin d’une personne atteinte d’une pathologie chronique d’origine infectieuse (bactérie, virus) via les nanostructures moléculaires de l’eau (qui se lient en « domaines de cohérence » via des ponts d’hydrogène) qui agissent comme si elles étaient en présence de la bactérie ou du virus physique!

2) Leur étude in vitro datant de 2016 : constat d’une diminution significative ou disparition de l’intensité des SEM de basse fréquence qui proviennent de l’ADN extrait du plasma de personnes atteintes de la maladie de Lyme dans des hautes dilutions aqueuses dynamisées. Ces SEM sont corrélés aux pathologies concernées et les déclenchent !

Mémoire de l’eau: élimination des « moules contaminants »

C’est en magnétisant l’eau que les chaînes moléculaires de l’eau seront polarisées et restructurées et permettraient de neutraliser l’empreinte énergétique des polluants qu’elle a contenu (même s’ils ne sont plus présents !). En effet, en vertu de la théorie de la « mémoire » de l’eau, les polluants laisseraient leur signature énergétique (sous forme SEM) dans la structure nano moléculaire de l’eau qui la capterait. C’est principalement le vortex magnétique du Biodynamizer® qui va neutraliser ces moules contaminants. Sans cela cette information énergétique serait communiquée à l’eau du corps !

Crédit: images d’illustration provenant de Arte

Menu